2 milliards d’emplois en moins d’ici 2030

Dans un récent rapport, le bureau d’études McKinsey Global Institute prévoit que plus de la moitié des emplois actuels devraient disparaître d’ici 2030. Plutôt décourageant pour tous ceux qui viennent d’entrer sur le marché de l’emploi. Pour autant, faut-il vraiment avoir peur ?

2 milliards d’emplois en moins d’ici 2030

Le cycle de vie des entreprises est de plus en plus court. En effet, toutes les entreprises ne parviennent pas à s’adapter au changement à temps et elles n’innovent pas assez rapidement. Un exemple : RIM, l’entreprise qui a inventé le BlackBerry, est aujourd’hui cantonnée à un marché de niche. La taille de l’entreprise ou son prestige ne suffisent plus à assurer sa pérennité. Les entreprises sont condamnées à se réinventer en permanence sous peine de disparaître et de licencier.

 

Les technologies de rupture

Selon McKinsey, les technologies de rupture, notamment l’impression en 3D, la réalité augmentée, l’informatique mobile (Google Glass, iWatches), ainsi que diverses formes avancées de robotique et de captation d’énergie provoqueront la disparition de nombreux emplois au cours des quinze à vingt prochaines années. D’autres secteurs auxquels on ne pense pas spontanément devraient connaître des pertes d’emploi, notamment le secteur des transports avec le lancement des véhicules automatiques (autrement dit sans conducteur) ou le secteur de l’éducation, où la méthode classique de transmission du savoir devrait faire place aux cours en ligne ouverts et massifs (Massive Open Online Courses - MOOC). 

 

Beaucoup moins d’emplois, mais autant de travail

Selon le bureau d’études McKinsey Global Institute, il ne faut toutefois pas dramatiser : la théorie de Shumpeter sur la « destruction créatrice » devrait jouer à plein. En d’autres termes, la disparition de certains emplois donnera naissance à de nouveaux emplois. Les experts du McKinsey Global Institute insistent toutefois sur la différence entre emploi et travail. Les emplois actuels seront remplacés par d’autres formes de travail. Dans la plupart des cas, les travailleurs seront amenés à travailler sur des projets ponctuels en collaboration et en freelance. 

Maandag 16 September 2013 om 16:58

Geert Degrande

// //
// // //
// // // //