6 raisons pour lesquelles une journée de travail dans les années 70 était un peu plus

6 raisons pour lesquelles une journée de travail dans les années 70 était un peu plus efficace qu’aujourd’hui

6 raisons pour lesquelles une journée de travail dans les années 70 était un peu plus

Renvoyez vos appels vers votre messagerie vocale
Tomber sur votre messagerie vocale ne peut pas faire de mal aux personnes qui vous appellent. Informez-les avant le bip sonore que vous les rappellerez le plus rapidement possible le jour même. Vous pouvez ainsi vous occuper de vos appels téléphoniques à un moment bien précis (lire : lorsque vous le voulez et non lorsque d’autres vous l’imposent) et éviter d’être déconcentré à tout bout de champ par des personnes qui vous appellent pour toutes sortes de banalités.

Vérifiez vos e-mails au maximum 5 fois par jour
Vous seriez étonné de savoir le nombre de fois qu’une personne moyenne appuie sur la touche envoyer/recevoir de son programme de messagerie. Ne devenez pas esclave de votre boîte aux lettres électronique et ne vérifiez vos e-mails qu’à intervalles réguliers.

Découvrez votre environnement
Les open spaces sont certes très agréables, mais vous y êtes bien souvent déconcentré par tout un tas de stimulus extérieur. Recherchez dès lors un endroit spécifique où vous pouvez (de temps à autre) vous réfugier pour travailler en vous concentrant vraiment sur ce projet important ou pour vous préparer à cette réunion décisive. Il n’est pas pour autant nécessaire de revenir aux espaces cloisonnés des années 70/80, mais trouver un juste milieu ne serait pas plus mal.

Adieu bips et sonneries
Rappels sur votre mobile, bruits étranges qui proviennent de votre tablette ou Siri (les utilisateurs Apple savent de quoi je parle) qui attirent votre attention sur un rendez-vous pour déjeuner : lorsque l’on ajoute tout ce boucan électronique à celui de vos collègues, des réunions… vous n’arrivez plus à rien. Pour tout ce qui fait partie de votre routine : consultez votre agenda à J-1 et désactivez ensuite tous les rappels et assistants virtuels.

Séparez affaires et plaisir
Lorsque vous recevez une fois de plus un mail de l’un de vos collègues/amis vous invitant à cliquer sur un lien vers un film ou contenant une mauvaise blague, appuyez sans aucune hésitation sur le bouton « Supprimer ». Vous ne pouvez pas vous imaginer le retard que la lecture de ces sottises virtuelles peut vous faire accumuler au quotidien.

Soyez (de temps à autre) injoignable
A l’heure actuelle, ne pas être joignable est presque un crime. Dans les années 70, on en faisait pourtant beaucoup moins de cas. Sur le chemin du travail vers le domicile ? Injoignable. Le week-end ou le soir ? Injoignable. En réunion ou à l’étranger ? Injoignable. Cela peut vous sembler un peu radical, mais n’hésitez pas vous aussi à jouer de temps à autre la carte de la disparition. Vous parviendrez ainsi à remettre un peu d’ordre dans votre vie professionnelle.

Vrijdag 30 Januari 2015 om 14:16

// //
// // //
// // // //