7 conseils pour trouver l’emploi qui vous correspond réellement

Ce n’est pas parce que l’on a obtenu un master avec la plus grande distinction dans un domaine précis que l’on est nécessairement fait pour la profession à laquelle mène ce diplôme. Ces quelques conseils devraient vous aider à trouver l’emploi qui vous correspond réellement, indépendamment de votre formation initiale.

7 conseils pour trouver l’emploi qui vous correspond réellement

Nous pouvons tous connaître des moments de doutes sur le plan professionnel. Malgré de longues études, des dizaines de tests, les conseils de ses proches, il arrive que l’on ait le sentiment d’être sur la mauvaise voie. On se rend compte soudain que la formation pour laquelle on a consenti tant de sacrifices est à mille lieues de ses véritables aspirations professionnelles. Grâce à ces quelques conseils, vous pourrez vous poser les bonnes questions et vous (re)mettre sur la bonne voie. 

 

1. Etre réaliste

S’il est dans la nature de l’homme de rêver, ses attentes s’avèrent trop souvent irréalistes. Chacun d’entre nous rêve d’un emploi passionnant et varié, où chaque jour apporterait son lot de nouveautés. Toutefois, la déconvenue est souvent au rendez-vous, car ces aspirations n’ont pas grand-chose à voir avec la réalité quotidienne. Il faut toujours confronter ses rêves à la réalité, ainsi qu’à soi-même, afin d’éviter autant que possible d’être déçu.

 

2. Miser sur la continuité

Notre société de consommation nous incite à désirer toujours plus et toujours mieux, à rechercher sans cesse la nouveauté, et à repousser en permanence nos limites. C’est l’une des conséquences de notre modèle économique fondé sur le principe du « toujours plus » (plus de chiffre d’affaires et plus de profit). Cette situation fait naître en nous un besoin (souvent artificiel) de découvrir sans cesse de nouveaux horizons professionnels (potentiellement plus intéressants).
Toutefois, ce n’est que dans la continuité qu’il est possible de découvrir toutes les facettes d’une activité professionnelle et de se confronter à des difficultés qui permettent à la fois de prendre conscience de ses limites et d’explorer les aspects les plus passionnants d’un métier. La continuité sur le plan professionnel permet aussi de savoir si on est vraiment fait pour ce métier.
Conclusion : il faut parfois savoir faire preuve de persévérance, même dans les moments plus difficiles.

 

3. Action et réflexion

Avant de prendre une initiative sur le plan professionnel, il est important de prendre le temps de la réflexion. L’action ne doit jamais précéder la réflexion. Pour trouver sa voie, il faut souvent changer sa manière de réfléchir. Dès lors, il est déconseillé de foncer tête baissée vers ce l’on croit être l’emploi de ses rêves. En effet, si une vocation doit correspondre à des compétences, elle doit également être en accord avec sa vraie nature. Or, découvrir sa vraie nature ne se fait pas en un jour, mais exige du temps. Il s’agit de connaître ses points forts (et ses faiblesses), mais aussi identifier ses aspirations profondes (qui ne se résument pas aux attentes d’autrui). Il n’existe pas de recette toute faite et la précipitation est mauvaise conseillère.

 

4. Ne pas se fixer des limites

Se poser la question : « quelles sont mes préférences sur le plan professionnel et comment puis-je espérer gagner un maximum d’argent ? » ou « quelles sont mes passions et dans quels domaines suis-je le plus qualifié ? » n’est pas non plus une bonne idée. En procédant de la sorte, on risque de faire passer sa véritable vocation au second plan en s’imposant des limites. Une vocation ne s’explique pas toujours en termes logiques.

 

5. Etre attentif aux signaux importants

Quand on aime, on ne compte pas. Cet adage est également valable sur le plan professionnel. Lorsque l’on fait quelque chose que l’on aime réellement, le temps semble soudain suspendu. On oublie tout. On est tout entier à ce que l’on fait. Pour trouver sa vocation, il faut parfois laisser la raison de côté. Il faut être à l’écoute de soi et essayer de savoir qui l’on est vraiment. L’amour (des êtres qui nous sont chers, comme du travail bien fait) renforce notre énergie et notre créativité. 

 

6. Ne pas étouffer sa vocation

Il vaut mieux éviter de situer le choix d’une profession sur le long terme, sous peine de sombrer dans une angoisse existentielle profonde. La vie professionnelle s’inscrit sur une durée tellement longue que vouloir résumer celle-ci à une seule activité n’a pas de sens. Il faut avancer pas à pas sur le chemin de sa vocation et faire preuve de pragmatisme.

 

7. A chacun de trouver sa voie

Il n’existe pas de solution miracle ou de guide pratique pour trouver sa vocation. A chacun de trouver sa voie, pas à pas, en se fondant sur les valeurs qui lui semblent essentielles et en laissant une part au hasard, à l’imprévu et à l’inspiration du moment.

Dinsdag 29 Oktober 2013 om 13:56

// //
// // //
// // // //