7 signaux qui indiquent que vous êtes victime d’une tentative de manipulation

Un entretien d’embauche, c’est un premier contact avec un patron potentiel. Ce n’est donc pas une simple discussion. Si un entretien d’embauche ressemble souvent à un enchevêtrement de questions, il faut savoir que votre interlocuteur peut également vous poser des questions pièges. Voici quelques conseils qui devraient vous permettre de savoir si vous êtes ou non victime d’une tentative de manipulation.

7 signaux qui indiquent que vous êtes victime d’une tentative de manipulation

Le sens de la question : « Comment allez-vous ? »

Lorsqu’un recruteur vous pose cette question, il n’attend pas nécessairement une réponse exacte ou précise. Dans certains cas, il veut simplement vérifier si le candidat possède une bonne dose de connaissance de soi ou s’il est capable d’entamer une conversation banale.   

 

Mise à l’épreuve

Lorsqu’un recruteur vous demande « Etes-vous motivé par cet emploi et vous sentez capable de remplir correctement cet emploi ? », il veut avant tout tester votre assertivité et voir si vous êtes capable de vous sortir d’une situation délicate. Il veut vous mettre à l’épreuve pour vérifier si vous pouvez contrôler vos émotions, même en situation de stress.

 

Essayer de se concentrer sur les faits

Ne prenez pas les choses personnellement, essayez de vous concentrer sur les faits. Lorsqu’on vous interroge sur vos points faibles, ne le prenez pas personnellement. Il s’agit d’une question posée à tous les candidats. Cela ne signifie pas que vous avez de facto des points faibles. Le recruteur veut simplement savoir si vous avez ou non des points faibles et si vous pouvez les mentionner. Il souhaite savoir dans quelle mesure vous avez conscience de ce que vous êtes.

 

Vous avez le sentiment qu’on essaie de vous coincer

Si le recruteur vous pose une série de questions fermées (des questions auxquelles vous ne pouvez répondre que « oui » ou « non »), vous pouvez avoir le sentiment qu’il essaie de vous coincer. Vous pouvez parer cette avalanche de questions en répondant par une question ouverte (une question à laquelle on ne peut pas répondre par « oui » ou « non »). Cette astuce permet de casser le rythme de l’entretien et de vous donner le temps de reprendre vos esprits.

 

Les questions pièges

En posant une question du type « Je supporte difficilement les personnes qui manquent de motivation, pas vous ? », le recruteur cherche à voir êtes capable de faire preuve de maturité au travail et de ne pas révéler vos points faibles. En effet, le recruteur veut qu’au travail l’ambiance soit aussi harmonieuse que possible, de sorte à ce que chacun puisse être et rester productif.  

 

Le recruteur cherche à savoir si vous avez postulé à d’autres emplois

« Vous avez surement plusieurs propositions d’emploi ? » ou « Vous n’êtes pas fatigué par tous ces entretiens d’embauche ? ». Avec ce type de questions, le recruteur va chercher à savoir si vous postulez sans discrimination ou si vous voulez vraiment décrocher cet emploi et pas un autre. 

 

Les questions les plus difficiles sont souvent posées avant ou après l’entretien

Il est fréquent que le recruteur pose rapidement une dernière question à l’issue de l’entretien pour confirmer son impression. Une question du type « L’entretien a duré longtemps, vous ne trouvez pas ? » ou « Vous êtes probablement soulagé que l’entretien soit terminé, n’est-ce pas ? ». Objectif : vérifier si vous méritez ou non d’être retenu.

Maandag 22 Mei 2017 om 12:0

Pascal Dewulf

// //
// // //
// // // //