Le port des écouteurs sur le lieu de travail

Ces derniers jours, le débat fait rage : faut-il interdire l’utilisation des écouteurs pour les piétons et les cyclistes ? Cela semble inévitable. La plupart des pays dans le monde sont sur le point d’adopter une loi qui va dans ce sens. Pourquoi ? ?

Le port des écouteurs sur le lieu de travail

Parce que ces dernières années, le nombre d’accidents dans les villes impliquant des piétons équipés d’écouteurs a été multiplié au minium par 3, voire par 5 dans certaines villes. La cause de cette augmentation du nombre d’accidents est connue : les piétons qui portent des écouteurs sont plus distraits que les autres. La perte de concentration est équivalente à celle qu’on peut enregistrer chez les automobilistes qui envoient des sms en conduisant. Mais qu’en est-il sur les lieux de travail, où de plus en plus de personnes passent la toute leur journée derrière un clavier d’ordinateur avec des écouteurs sur la tête

Deux avantages
Dans certains endroits du monde, notamment au Québec et à Tokyo, l’utilisation d’écouteurs est interdite au travail et au volant sous peine d’amende. Ne pas respecter cette interdiction peut coûter cher : jusqu’à 50 dollars au Québec et 50.000 yens (360 euros) à Tokyo. La généralisation de ce type d’initiatives est toutefois peu probable. Pour certains emplois, il est peu probable que les employés passent leur journée à écouter de la musique. En effet, appeler des clients potentiels ou conduire un charriot élévateur dans un hangar tout en écoutant de la musique, c’est soit incompatible ou très dangereux. Toutefois, pour tous ceux qui travaillent sur un ordinateur portable, il est probable que dans la culture d’entreprise actuelle, le port d’écouteurs soit toléré. Selon certains spécialistes, écouter de la musique au travail présenterait deux avantages : la possibilité de se refermer un moment dans un cocon pour pouvoir mieux se concentrer sur son travail et le fait qu’écouter sa musique favorite, peu dans certains cas, renforcer la motivation. Cette dernière affirmation n’est sans doute pas infondée, comme l’a prouvé la semaine dernière le cycliste allemand Jens Voigt qui, pour sa tentative réussie de battre le record du monde, avait demandé qu’on diffuse à travers les haut-parleurs ses chansons favorites. Autre avantage : autoriser les écouteurs sur le lieu de travail permet d’éviter les disputes avec les collègues au sujet de la fréquence de la radio.

Tout n’est pas rose 
Autoriser les écouteurs n’a pas que des avantages : on n’entend plus les questions des collègues et le risque est grand d’être catalogué comme « collaborateur asocial ». Il n’est pas non plus certain qu’écouter de la musique au travail ne nuise pas à la concentration. Dans certains cas, la musique peut vous entraîner au point de vous distraire. Si c'est le cas, il est préférable de ranger vos écouteurs. En l’absence de règlementation précise, l’utilisation des écouteurs peut être tolérée, à moins que le règlement du travail de l’entreprise ne précise que l’usage des écouteurs est strictement interdit sur le lieu de travail.

Vrijdag 30 Januari 2015 om 14:0

Geert Degrande

// //
// // //
// // // //