Mon premier job est un cauchemar !

Bon nombre de débutants ont déjà dû faire face à cette situation. Ils ont attendu leur premier emploi pendant des mois, et une fois qu’ils l’ont décroché, ils sont mal tombés. Comment s’en sortir ?

Mon premier job est un cauchemar !

1. Êtes-vous certain ?

Avant de prendre vos jambes à votre cou, demandez-vous tout d’abord si votre décision est rationnelle ou plutôt émotionnelle. Tous les débuts sont difficiles. Il en va de même pour un premier emploi, qui génère beaucoup de stress : nouveaux collègues, nouvel environnement, nouvelles méthodes de travail… Tout ne peut pas et ne va pas toujours marcher comme sur des roulettes dans votre vie professionnelle. Si vous avez fait le point et que vous avez toujours envie de partir, il est temps de passer au plan B. Il consiste à faire en sorte que votre départ soudain entraîne aussi peu d’inconvénients que possible pour toutes les parties concernées.

 

2. Réfléchissez à une explication plausible

Un élément crucial de votre plan B consiste à limiter autant que possible l’irritation de votre patron et de vos collègues. Vous devez en effet vous imaginer qu’ils venaient de revenir à leur routine professionnelle. Ils venaient de vous engager et vous avaient accepté comme nouveau collègue. Ils pouvaient ainsi retrouver leur « mode confortable » et se concentrer à nouveau sur leur propre travail. Suite à votre décision, ils devront tout recommencer à zéro pour vous trouver un remplaçant. Veillez donc à leur présenter une explication plausible, fondée et cohérente justifiant votre départ et leur retour à la case départ. N’oubliez pas non plus que suite à votre décision, il se peut que vous soyez inscrit sur une liste noire, ce qui vous empêcherait de trouver un autre travail. Votre décision peut par conséquent avoir un impact plus important sur votre carrière que ce que vous auriez imaginé à première vue. 

 

3. Demandez un entretien avec votre patron

Ce que vous devez certainement faire, c’est avoir le courage de franchir la porte du bureau de votre patron pour lui demander un entretien en tête-à-tête par rapport à votre décision. Ne lui annoncez pas votre décision de but en blanc, car ce serait une trop grande surprise pour lui que d’apprendre soudainement la mauvaise nouvelle. Demandez-lui plutôt si vous pouvez vous entretenir avec lui aussi vite que possible à propos d’une décision importante que vous avez prise. Il pourra ainsi pressentir votre annonce et vous pourrez bien vous préparer. Ce n’est absolument pas le moment de passer un coup de fil, d’envoyer un courriel peu judicieux ou d’adopter tout autre comportement démontrant que vous n’êtes pas le professionnel que vous prétendiez être lors de votre entretien d’embauche. Vous avez été embauché parce que vous étiez professionnel, soyez donc professionnel jusqu’au bout.

 

4. Soyez préparé aux réactions irritées de votre patron et de vos collègues

Quelle que soit votre explication, soyez honnête. N’inventez aucune histoire à laquelle personne ne croira, comme le fait que votre grand-père est décédé et que vous devez temporairement vous occuper de votre grand-mère. Concentrez-vous sur les critères objectifs que vous avez pu rassembler durant votre court passage par ce lieu de travail, mais montrez aussi vos sentiments. Qu’avez-vous ressenti les jours où vous y avez travaillé ? En fonction de l’intelligence émotionnelle de votre patron, il tentera peut-être de vous parler ou il vous montrera la porte. Soyez donc préparé à affronter toute une série de réactions possibles selon la personnalité et/ou le professionnalisme de votre patron et de vos collègues.

 

5. Restez professionnel jusqu’au bout

Un point important : indépendamment de la réaction de vos collègues et de votre patron, vous devez rester professionnel jusqu’au dernière moment. Proposez par exemple à votre patron de rester jusqu’à ce qu’il vous ait trouvé un remplaçant. Ce geste vous permettra plus ou moins de partir sur une note positive. Définissez toutefois un délai maximal ! 

Maandag 10 Juni 2013 om 13:33

Pascal Dewulf

// //
// // //
// // // //