Négocier son salaire de départ : ne soyez pas trop modeste

Régulièrement, les recruteurs et employeurs se plaignent que les jeunes professionnels semblent être déconnectés de la réalité lorsqu’ils négocient leur premier salaire. Selon les employeurs, ils sont souvent trop gourmands. Un peu de modération est dès lors recommandée si vous ne souhaitez pas vous « auto-exclure » du marché face aux autres candidats moins exigeants. D’autre part, l’experte RH américaine Lynn Taylor affirme qu’il ne faut pas se montrer trop modeste non plus car si vous ne vendez pas correctement vos qualités en début de carrière, cela se répercutera négativement sur l’ensemble de votre carrière.

Négocier son salaire de départ : ne soyez pas trop modeste

Trop modeste

Lynn Taylor (www.lynntaylor.com) est l’auteure de l'ouvrage « Tame Your Terrible Office Tyrant: How To Manager Childisch Boss Behavior and Thrive In Your Job ». Elle explique avoir constaté que de manière générale, les candidats ne se préparent par correctement à négocier leur salaire. Ils ne se mettent pas suffisamment en avant, ce qui risque de nuire à la valeur ajoutée qu’ils pourraient présenter aux yeux d’un employeur potentiel. Ce faisant, ils se tirent dans les pieds, car généralement, l’on ne dispose que d’une seule chance de décrocher un bon salaire. Si vous négociez mal votre premier salaire, vous risquez d’avoir à attendre longtemps une éventuelle augmentation. »

Un bon départ est une demi-victoire

Si vous parvenez à décrocher un bon salaire dès le départ, cela fera une nette différence pour la suite de votre carrière. Sur la base du contenu du livre de Lynn Taylor, Business Insider a comparé deux jeunes professionnels. Le premier décroche un salaire de départ de 37 500 euros et le deuxième, de 42 000 euros. La différence n’est pas si importante en soi. Mais s’ils reçoivent tous les deux 1 % d’augmentation salariale par an, celui qui a débuté sa carrière avec le salaire le plus élevé aura gagné, en fin de carrière, près de 50 000 euros de plus que l’autre.

Des négociations équilibrées

L. Taylor recommande dès lors de ne pas être trop modeste, tout en étant en mesure de justifier ses prétentions. D’après l’auteur, les employeurs restent collés à un salaire de départ donné et ne semblent pas disposés à offrir davantage parce que les travailleurs ne mettent pas suffisamment leurs qualités en avant. Ainsi, si vous avez fait un stage n’ayant rien à voir avec l’emploi pour lequel vous postulez, il peut être très important de le préciser quand même. Si vous êtes bénévoles, ou si vous avez participé à un événement particulier au sein de votre école, faites-le savoir. Si ces détails vous aident à décrocher ne fût-ce que quelques dizaines d’euros par mois en plus, cela pourrait avoir des répercussions considérables sur votre statut financier pour le reste de votre carrière.

Woensdag 25 Oktober 2017 om 13:0

Geert Degrande

// //
// // //
// // // //