Osez dire « non ! » à vos collègues

Le boulot ne cesse de s'accumuler sur votre bureau, juste parce que vous n'êtes pas capable de dire «non». Résultat? Un agenda surchargé et un employé frustré. Comment refuser certaines tâches sans déclencher un conflit professionnel?

Osez dire « non ! » à vos collègues

Un «NON!» haut et fort constituerait la réponse idéale à vos yeux. Non, car vous savez pertinemment bien que cette «petite communication» impliquera «deux heures» de travail supplémentaire. Non, car vous avez rendez-vous avec vos amis et ne souhaitez désespérément pas à nouveau arriver en retard. Comment rejeter cette requête faussement innocente? Beaucoup d'employés luttent pour y parvenir. Vous n'êtes donc pas le seul dans ce cas. Et enfin: oui, vous pouvez y remédier.

 

1. Non, n'y allez pas par quatre chemins

Ne répondez pas de manière indécise en disant «Oh, en fait, je n'ai pas vraiment assez de temps...» ou encore «Tu sais, je ne suis pas certain(e) de pouvoir le faire...». Votre hésitation sera immédiatement utilisée contre vous. Dites poliment mais fermement que ça n'ira pas pour cette fois. Enfin, ne vous confondez pas en excuses: vous avez pleinement le droit de refuser.

 

2. Non, ne vous contentez pas de dire «non»

Essayez toujours de joindre une explication à votre refus. Rejeter la demande d'un collègue ou d'un responsable par un «non» pur et dur engendrera rapidement des querelles et autres discordes. Une petite justification s'impose, sans pour autant rentrer dans les détails. Par exemple: «Non, car j'ai un rendez-vous après le travail et cette fois, je voudrais m'y rendre à l'heure».

 

3. Non, ne prétextez rien

Si vous inventez des prétextes, vous mentez à votre interlocuteur. Et vous vous sentirez à nouveau coupable. Par conséquent, vous accepterez la prochaine requête, alors que vous souhaiterez décliner. Ne cherchez donc pas d'échappatoires, mais expliquez honnêtement la raison de votre refus. En agissant de cette manière, vous apprendrez aussi à prendre votre propre avis au sérieux.

 

4. Oui, utilisez votre langage corporel

Dire «non» ne suffit pas toujours. Votre attitude physique et votre expression du visage sont au moins tout aussi importants que ce petit «non». Ne deviez pas le regard, mais fixez votre interlocuteur dans les yeux. Tenez vous droit, que vous soyez assis ou debout, et parlez clairement

 

5. Non, ne pensez pas à ce que pensent les autres

Dire «oui» parce que vous avez peur de ce que les autres vont penser de vous? Dire «oui» parce que vous voulez paraître sympa aux yeux des autres? Oubliez ces «oui» une bonne fois pour toute et optez pour votre personnalité. Vos collègues sont bien moins axés sur vos faits et gestes que ce que vous ne pensez.

 

6. Oui, gagnez du temps

S'il vous est réellement impossible de refuser une tâche, vous pouvez toujours gagner un peu de temps. N'acceptez pas directement le travail, mais dites par exemple: «Je dois consulter mon agenda avant de te répondre. Puis-je revenir vers toi tout à l'heure?». Ainsi, vous pourrez bien réfléchir à la manière de formuler votre «non». 

Dinsdag 6 Oktober 2015 om 13:20

Gerlinde De Bruycker

// //
// // //
// // // //